// les Ailes

les Ailes

Le mouvement des playlisters : les nouveaux DJ ?

Tous les mois et ce depuis deux ans, vous avez droit à la playlist de Fenêtre sur papillon. Certains y ont même pris goût. Mais dans cet article, c’est un type un peu différent de playlist que je vais évoquer, il s’agit des playlists que l’on fait pour une soirée/anniversaire/Bar Mitzvah, et du mouvement des playlisters qui en est issu.

Pour mieux appréhender le concept du playlister, je vais l’opposer à une figure plus connue qui est celle du DJ.

La figure du DJ

Le DJ fascine. Sur son estrade, devant des milliers – ou des dizaines de personnes – il impressionne. Profondément concentré sur son art, il règle à la milliseconde près ses enchainements pour que l’ensemble de son travail soit d’une cohérence et d’une fluidité parfaites, pour que le danseur que tu es ne puisse pas décrocher de la piste de danse. Quand je parle du DJ dans ce cas là, j’écarte immédiatement les DJ de L’Atlantide ou de La Brocherie, c’est à dire les DJ de boîtes de nuit situées à proximité d’une bretelle d’autoroute ou d’un centre commercial délabré. Non, je parle du DJ dans toute sa splendeur, celui qui passe à Paris une fois par an et que vous attendez patiemment en ré-écoutant mille fois son dernier podcast sur Resident Advisor qui est vrai-ment-trop-chan-mé.

L’objectif du DJ est de puiser dans sa culture musicale hyper étendue pour vous faire découvrir en l’espace d’une heure et demie (pour simplifier) des morceaux que vous avez l’impression de connaître ou, si vous ne les connaissez pas déjà, que vous auriez une envie folle de connaitre. Il y a un désir de surprendre par la sélection mais de conforter le publique dans une ambiance qu’il est venu chercher, le fameux horizon d’attente. Certains morceaux prennent force et puissance malgré leur relatif anonymat grâce à l’aura du DJ qui indique à tous que ce morceaux là, celui que l’on n’aurait jamais imaginé écouter, est LE titre de l’été même s’il date d’il y a 10 ans.

Le DJ est un guide. Son objectif est de convaincre une foule de le suivre au bout de son chemin à lui.

Playlisters et contenus fragmentés

Je viens de vous présenter ma vision du DJ. En quoi diffère-t-elle de celle du playlister ?

Si on revient deux secondes sur le DJ, on notera que le DJ est fidèle à un outil : platines vinyles ou MacBook. Toujours dans un objectif de vulgarisation, on dira qu’il utilise soit l’un soit l’autre et que cela influence fortement ses prestations. Le playlister, lui, n’est fidèle à rien. C’est un peu une version tout terrain du DJ, le 4×4 bien dirty – pas un de ces 4×4 made in 16ème. Le playlister fait avec les moyens du bord, enfin c’est ce qu’il veut vous faire croire.

Le playlister a passé sa jeunesse à faire des playlists sur Winamp avant de basculer sur iTunes et maintenant Spotify. Il a passé des heures à sélectionner des morceaux dans le simple but chaotique de les faire écouter les uns après les autres.

Tout comme le DJ, le playlister doit remplir un horizon d’attente. Mais beaucoup plus flou cette fois-ci. Il officie en soirée appart’ avec le matériel qu’il a sous la main, c’est à dire un sound system bas de gamme, un iPhone et une connexion internet quand il a de la chance.

La grande différence entre le playlister et le DJ est la légitimité à ambiancer une soirée. Le DJ est payé pour cela et c’est lui que les gens viennent voir. Le playlister doit savoir s’effacer au profit de l’ambiance. Son droit à « passer » de la musique dépend du bon vouloir des hôtes de la soirée, des mecs qui veulent absolument passer LEUR musique (dont tout le monde se carre), et de sa capacité à faire danser les sceptiques grâce à l’intro d’une track.

Le playlister ne passe pas forcément des morceaux qui lui plaisent mais il passe des morceaux qui vont plaire. Sa culture musicale n’est pas moins importante que celle du DJ, elle est simplement moins spécifique à quelques courants musicaux, elle est plus globale. Ce qui caractérise un bon playlister est sa capacité à prendre la température d’une soirée et à passer le morceau qui aura l’adhésion du plus grand nombre.

Le playlister est soumis entre chaque chanson à un examen de passage, celui du fameux « blanc ». Jonglant entre des sources différentes : iPhone, Spotify, Deezer, Youtube… Il ne faut pas attendre du playlisters des enchainements au poil. Il peut difficilement éviter la seconde de « blanc » entre les chansons pendant laquelle on entend le voisin du dessous taper au plafond avec son balai. C’est pourquoi, les intros des titres passés par le playlister doivent être reconnaissables et résonner immédiatement dans la tête des quelques danseurs (genre Thé à la menthe de La Caution).

Un fossé qui se réduit

Pourquoi je m’attarde aussi longuement sur ces playlisters qui ont somme toute toujours existé ? Tout simplement parce que ce mouvement arrive à maturité. Il y a encore quelques années l’écart entre les DJ et les playlisters était énorme. Les playlisters étaient perçus comme la lie de l’ambiancement musical.  L’accès à la musique était régit par des données géographiques (proximité avec un disquaire savant dealer de bons conseils) et financières (le coup d’un disque). Aujourd’hui, le DJ est toujours soumis à des investissements financiers importants alors que le playlisters peut s’approprier énormément de musique (toute ?) grâce à une simple connexion internet – je ne parle pas de téléchargement illégal mais plutôt de streaming là. On est bien d’accord. Le playlister n’a pas besoin de posséder de la musique, il a simplement besoin de savoir où la trouver sur le web.

S’agit-il d’un nivellement par le bas ? Je ne pense pas. Le niveau général des DJ, des vrais, reste très bon et celui des playlisters s’améliore. Cela élève donc la qualité sonore de toutes les soirées et rend les gens plus exigeants vis-à-vis de la musique qu’ils écoutent en toute circonstance. Cela ne peut donc pas desservir la musique.

Mais qui sera LE premier playlister ? Celui qui ouvrira la voix aux autres, et qui atteindra la gloire et les cachets mirifiques… Il en faut toujours un !

Une seule chose à faire pour partager cet article
  • Print
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Google Bookmarks
  • email
  • FriendFeed
  • LinkedIn
  • MySpace
  • Netvibes
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Twitter

Commentaires

4 commentaires pour “Le mouvement des playlisters : les nouveaux DJ ?”

  1. Article très intéressant, merci ! Nous éditons une playlist de personnalités par jour si cela vous intéresse. C’est http://www.peachr.com.

    Posted by MARTIN | mai 4, 2011, 10:21
  2. Intéressant !

    Posted by Julien Lacheray | mai 4, 2011, 15:40
  3. et certains djs font de très bon playlister d’ailleurs, et vice-versa :)

    Posted by Sina | mai 23, 2011, 11:01
  4. @Sina : Pas faux. D’ailleurs, j’ai profité de ton commentaire pour ré-écouter La Mickstape #23 – La Ruta Del Bass, je dois t’avouer que je ne m’en lasse pas !

    Posted by Julien Lacheray | mai 23, 2011, 22:57

Et vous, qu est-ce que vous en dites?

La playlist du mois

Nuage de tags

Ca devrait vous interesser

Le site Fenêtre sur Papillon
optimisé pour mobile est disponible